Comment ne plus avoir peur des conflits

« Je déteste les conflits, je voudrais lui dire que je ne suis pas d’accord, mais j’ai peur qu’elle le prenne mal ! », « Si je dis ce que je pense, cela risque de causer trop de problèmes, alors je préfère me taire… ». « J’ai mis trop de temps à construire cette relation, même si il y a une tension, c’est plus facile de rester silencieux plutôt que de risquer de tout perdre… ». « Quand il se met en colère comme ça, je ne me sens pas en sécurité, je déteste ça, ça me fait peur… »…

Si vous vous reconnaissez dans quelques-unes de ces phrases, il est fort probable que vous ayez une certaine difficulté à vivre les conflits… Avant d’avancer plus loin dans l’article, rassurez-vous, vous n’êtes pas seul ! Personne n’aime vraiment les conflits en fait. Un conflit avec une personne de notre entourage professionnel, ou personnel est toujours une source de stress qu’inconsciemment nous voudrions éviter. Toutefois, les conflits sont une partie importante de la vie et vous ne pourrez pas les fuir indéfiniment et d’ailleurs, parfois, vous ne devriez pas…De fait, il se peut qu’un conflit puisse vous permettre de remettre les choses à leur place et vous permette de « grandir », d’apprendre sur vous et de créer un meilleur climat de vie dans vos relations…

Si les conflits sont inévitables et peuvent être positifs, voyons ensemble 9 approches pour vous aider à mieux les vivre.

1)    Révisez vos croyances

La première chose à faire pour mieux vivre les conflits inévitables de la vie, c’est de revoir vos croyances à leurs sujet. Comment voyez-vous le conflit ? Qu’est-ce que cela veut dire pour vous d’être en conflit avec quelqu’un? Que vous a t’on enseigné par rapport à cela quand vous étiez jeune ?

Si vous avez reçu le message que le conflit était une mauvaise chose, que vous ne devriez pas être en difficulté avec quelqu’un, que ce n’est pas bien, alors vous allez avoir du mal à accepter la situation. Vous allez vous culpabiliser et vous ne serez pas en mesure de trouver des solutions au problème.

Commencez donc par ré-envisager votre manière de voir les choses. Nous proposons d’autres formes de croyances comme : « Les conflits sont parfois créatifs, ils permettent de développer l’assertivité, la capacité d’empathie et la communication interpersonnelle»…

A vous de jouer…

2)    Essayez de comprendre la personne avec qui vous avez un problème

Lorsque nous sommes pris dans un conflit, notre niveau de stress augmente et nous avons une tendance à nous refermer sur nous-même. Le stress provoque des réflexes de protection, de défense et d’attaque. Plutôt que de rester bloqué dans ce mécanisme archaïque, il est beaucoup plus productif de tenter de comprendre ce qui motive la personne avec qui vous êtes en conflit. Qu’est-ce qui provoque sa souffrance, de quoi a t’elle peur ? Que cherche t’elle à atteindre, de quoi a t’elle besoin ?

Ce n’est probablement pas la première chose à laquelle on pense lorsque nous sommes pris dans une confrontation. Cependant, c’est souvent là que peut se trouver la solution, dans la compréhension de l’autre. Il faut dont arriver à se distancer momentanément de son inquiétude personnelle et se mettre dans les chaussures de l’autre. Y a t’il un besoin d’attention ? Est-ce que cette personne avec qui vous avez une difficulté n’est pas simplement en train d’essayer d’attirer votre attention sur quelque chose qui la fait souffrir elle?

3)    Acceptez de voir qu’il y a un désaccord

Quand vous avez essayé de discuter avec votre interlocuteur et que vous arrivez à la conclusion que vous avez une vision différente de la situation ou des envies et des besoins non compatibles, la première chose à faire est de simplement…le reconnaître !

Et de pouvoir dire : « je suis d’accord que nous soyons en désaccord. »

Cela fait partie de la vie que chacun aie une vision du monde spécifique et il y a autant de points de vue que de personnes présentes dans une même situation.

Inutile donc de vouloir convaincre l’autre qu’il ou elle ne devrait pas voir les choses de cette manière, c’est son droit, comme le votre d’avoir cette vision de la situation.

4)    Découvrez la vrai assertivité

L’assertivité est la capacité à reconnaître votre personne et votre avis comme valable tout autant que la personne que vous rencontrez.

Si vous vous sentez inférieur à la personne que vous rencontrez, alors vous êtes dans une dépréciation de vous-même.

Si vous vous estimez supérieur à la personne que vous rencontrez, alors vous êtes dans la domination. Et en fait, il y a probablement un manque de confiance en vous que vous préférez « combler» en vous croyant plus important que l’autre.

L’assertivité est la capacité à reconnaître qu’aussi bien vous que l’autre avez le droit à une opinion et avez vos raisons dans une situation donnée.

Dans un conflit, il y a simplement la rencontre de deux personnes qui ont toutes les deux le droit d’avoir leur point de vue.

5)    Acceptez votre type de personnalité

En fonction du type de personnalité, chacun va vivre le conflit d’une manière tout à fait spécifique. Et certains profils de personnalité auront plus de facilités que d’autres à faire face à l’adversité et aux tensions relationnelles.

Comme nous l’avons vu dans un article précédent, les types de personnalité plutôt orientés sur les tâches à réaliser, sur l’aspect mental d’une situation plutôt que sur le côté affectif et relationnel auront beaucoup moins de difficultés avec les conflits relationnels. Ce genre de personnes auront plus de facilités à mettre de la distance par rapport à leurs émotions et se réfugieront derrière leurs croyances et leurs convictions. Si par contre, votre porte d’entrée est plutôt l’affectif et le relationnel, vous serez beaucoup plus sensible à votre environnement et les tensions humaines vous affecteront plus. Il s’agit surtout de le reconnaître et de l’accepter.

L’aspect positif de ce profil affectif qui malheureusement souffrira plus d’un conflit est qu’il trouvera plus facilement les moyens de rétablir la communication car il possède de meilleures compétences relationnelles et a besoin de relations paisibles pour être heureux.

Lire maintenant notre article “découvrez votre type de personnalité…”

6)    Développez votre confiance en vous

Une des raisons majeures pour laquelle notre niveau de stress augmente dans un conflit relationnel, est que nous avons l’impression que nous ne serons pas capable de faire face aux conséquences de ce conflit. Lorsque vous avez une difficulté avec quelqu’un, une série de pensées automatiques se mettent en route dans votre esprit. Ses pensées négatives vont générer des sentiments de peur, de colère, de révolte…

Vous avez peur de ne plus être aimé, de ne plus être accepté dans le groupe, d’être jugé d’une manière négative, d’être montré du doigt…

Lorsque vous avez suffisamment confiance en vous, vous pouvez plus facilement accepter d’être temporairement mis à l’écart car vous savez que cela ne remet pas votre valeur en cause, et que vous avez la capacité de trouver votre chemin par vous même si cela devient nécessaire.

Comme nous le disons souvent, la confiance en soi n’est pas quelque chose d’acquis, c’est quelque chose qui se développe et s’entretient. Si vous sentez que vous avez peur de ce genre de situation, faites un travail sur votre confiance en vous, renforcez votre conviction que votre opinion a autant de valeur que celle de quelqu’un d’autre.

Découvrez maintenant notre formation “développez votre confiance en vous!”

7)    Améliorez votre communication

Lorsqu’un conflit a éclaté et que vous êtes pris dans des échanges tendus avec l’autre, la dernière chose que vous voulez est d’envenimer la situation. Hors, dans le stress de la confrontation, c’est en général ce qui se passe. Sans le vouloir, nous perdons nos bonnes manières, nos précautions de langage prennent le large et les conséquences sur la situation sont désastreuses.

Petit rappel :

« Le tu tues ! ». Cela veut dire que vous devez absolument éviter de blâmer l’autre en vous adressant à lui avec des phrases comme : « Tu as fais ceci, tu as fais cela, c’est toi qui … ». Un conflit ne peut se résoudre que si la communication se rétabli et la communication ne peut se rétablir que si il y a une baisse de tension émotionnelle. Hors, s’adresser à l’autre en « tu » augmente la tension et votre interlocuteur ne cherche plus une solution mais concentre son énergie à se défendre de vos accusations. Préférez donc exprimer vos ressentis en disant : « je préfère ceci, je me suis senti attaqué, cela ne me convient pas… ».

Evitez également d’utiliser « toujours » et jamais ». « C’est toujours comme ça avec toi, tu ne fais jamais ce qu’il faut… »…

Soyez plus spécifique par rapport à ce qui s’est passé en utilisant des phrases comme : « les deux dernières fois qu’on s’est vu, lors de notre dernière réunion… ». Ou utilisez « souvent, régulièrement, la plupart du temps ou rarement… », en lieu et place de toujours et jamais.

Lire maintenant notre article “8 techniques pour améliorer votre communication”

8)    Prenez l’air

Une fois que vous avez fait tout ce que vous pouviez pour résoudre un conflit, que vous avez fait l’effort de comprendre l’autre, d’améliorer votre communication, que vous avez cherché des moyens pour résoudre la difficulté…Et que cela ne marche toujours pas …Parfois il ne reste plus qu’à … lâcher-prise et prendre de la distance…

Tout n’est pas toujours sous votre contrôle et certainement pas l’autre, cette personne avec qui vous avez temporairement des difficultés.

Allez prendre l’air, prenez un moment pour vous et faites quelque chose qui vous fait du bien. Jardiner, faire du sport, marcher en forêt, aller au cinéma…

Vous reviendrez rafraichit et peut-être avec une nouvelle manière d’aborder les choses. Les conflits ne peuvent se résoudre dans la violence de toute façon.

9)    Méditez plus souvent

On parle de plus en plus souvent des bénéfices de la méditation. Même dans des parutions dites « sérieuses », les éloges de la méditation ne cessent…Et pour une bonne raison…La méditation est très bénéfique!

Prenez l’habitude de méditer quelques minutes par jour d’une manière qui vous correspond. Cela veut simplement dire, être au calme avec vous-même. Vous pouvez y arriver en cuisinant, en jardinant, en courant…ou bien en faisant du Yoga, du Taichichuan ou de la Mindfulness.

L’objectif est de renforcer cet endroit en vous où vous pouvez trouver de la quiétude et de la sérénité et de pouvoir y retourner plus facilement quand vous êtes confronté à une situation difficile.

En cas de conflit, la personne qui a l’habitude de méditer peut plus facilement retrouver son calme et provoquer par sympathie un état d’apaisement pour la personne qui est en face d’elle. Cela demande de la pratique évidemment, mais cela est possible…

Vous y avez toujours pensé mais vous n’avez jamais pris le temps de méditer…

Commencez dès aujourd’hui !

Voilà, nous espérons que nous vous avons apporté ici des outils qui vous aideront à mieux vivre les conflits inévitables de la vie.

Si vous avez aimez cet article, partagez-le autour de vous et faites-nous part de vos commentaires…

    

écrit par Pierre-Yves Hittelet