2 outils efficaces pour utiliser les émotions négatives à votre avantage…

Pourquoi avons-nous parfois l’impression d’être envahis par la colère, la tristesse, la peur ? Sommes-nous réellement victimes de ces émotions ? Comment fonctionnent-elles ? D’où viennent-elles ? Et surtout que pouvez-vous faire avec elles ?

Voyons ensemble comment tout cela se passe…

Vous arrivez à la caisse d’un magasin et quelqu’un vous coupe la route et se place devant vous. Vous vous sentez pris par la colère : « Mais pour qui se prend-il celui-là ? »

Votre conjoint n’arrive pas à l’heure prévue, et plus le temps passe, plus vous vous inquiétez…

C’est votre anniversaire, il est 16 heures et personne ne vous a encore appelé…vous vous sentez triste…

Toutes ces situations d’apparences anodines vont vous mettre dans des états émotionnels qui ne sont pas très agréables. Mais cela est-il inévitable ? Et surtout, que faire lorsque vous êtes pris par l’une de ces émotions ?

1) Vérifiez votre interprétation de la situation

En fait, les émotions négatives que vous ressentez dans ces situations difficiles,  (que ce soit la colère, la tristesse, l’inquiétude ou leurs différentes variations comme la jalousie, la fureur, l’angoisse…) ne sont pas liées directement aux situations mais sont plutôt le reflet de ce que vous vous racontez sur ces situations que vous vivez.

Que vous racontez-vous dans votre tête lorsqu’une personne passe devant vous dans une file d’attente ?

« Cette personne n’a pas de respect des autres…» C’est possible, en tout cas vous avez l’impression qu’elle n’a pas eu de respect pour vous. Dans ce cas, il est évident que vous allez sentir la colère monter en vous.

Votre conjoint n’arrive pas à l’heure… Que vous racontez-vous dans votre tête ? « Il a eu un accident… » Evidemment, l’angoisse va vous prendre…

A 16 heures, personne ne vous a appelé pour votre anniversaire… Qu’est ce qui se passe entre vos deux oreilles ? « Personne ne pense à moi… » Evidemment, vous allez vous sentir mal…

Est-ce que vos réactions émotionnelles sont en lien direct avec la réalité ?

Et si cette personne qui vous dépasse dans la file vient de perdre son conjoint et est en état de choc. Qui manque de respect finalement? Et si votre conjoint est en retard parce qu’il vous achète des fleurs pour votre anniversaire de rencontre. Etait-il nécessaire de vous inquiéter ? Et si personne ne vous a appelé à 16 heures parce que tout le monde s’est donné le mot pour vous surprendre à votre retour du travail…Aviez-vous réellement des raisons d’être triste ?

Comme vous le voyez dans ces exemples, vos réactions émotionnelles sont en premier lieu en lien avec le brouhaha présent dans votre tête, avec ce que vous vous racontez des situations que vous vivez, pas avec la réalité. Chaque fois que vous vivez des émotions difficiles comme la tristesse, la peur, la colère, vous avez une occasion de découvrir ou redécouvrir vos mécanismes habituels, vos réflexes d’interprétation. Ecoutez votre dialogue interne et confrontez-le à la réalité si vous le pouvez ou aux interprétations des personnes qui vous entourent. Comme vous le verrez, vous avez une tendance à répéter la façon dont vous interprétez les événements. Si vous en avez marre de vous sentir mal dans des situations qui ne le méritent pas, et dans lesquelles vous n’avez pas de possibilité de vérifier les réels tenants et aboutissants, peut-être pouvez-vous décider de voir les choses différemment et d’essayer d’interpréter les événements d’une manière plus positive…

Découvrez notre formation en ligne: “J’augmente ma confiance en moi!”

2) Servez-vous de votre émotion négative pour déterminer ce que vous voulez vraiment

OK, la personne qui vous a dépassé est vraiment grossière et est passée devant vous parce qu’elle ne vous respecte pas. Allez-vous lui communiquer votre mécontentement ? Voulez-vous changer cette personne ? Allez-vous refaire son éducation ? Bonne chance ! La leçon à tirer de cette situation est plus probablement que vous voudriez être plus respecté, mieux pris en considération…

La question suivante sera : « que puis-je faire pour avoir plus de considération pour moi ? Que puis-je faire pour que les personnes qui m’entourent aient plus de considération pour moi ? » Et vous voilà dans une spirale positive. L’émotion de colère vous a permis de découvrir un besoin dont vous allez maintenant pouvoir vous occuper vous-même. Cette personne n’a été qu’un déclencheur, laissez-la continuer son chemin…Sauf si vous aimez vous mettre en colère!

OK, votre conjoint roule trop vite et votre inquiétude est justifiée… Plutôt que de vous inquiéter, qu’est-ce que vous voudriez ? Prenez le temps de communiquer à votre conjoint votre besoin d’être rassuré(e). Peut-être peut-il également vous appeler pour vous prévenir quand il a du retard… En tout cas, rester dans l’inquiétude ne va pas garantir sa sécurité.

OK, vos amis n’ont pas pensé à vous pour votre anniversaire… Vous êtes donc effectivement seul ou presque… Quelle est la situation que vous désireriez ? Que vos amis vous appellent ? Plutôt que de vous plaindre de cette situation, qu’allez-vous mettre en place pour créer des relations amicales chaleureuses ? Appeler vous-même vos amis régulièrement, les inviter chez vous, penser à leur envoyer un petit mot quand ils sont dans le besoin… ?

Comme vous le voyez, les émotions négatives comme la colère, la tristesse ou l’inquiétude sont loin d’être des fatalités. Elles sont le signe de votre discours mental et de formidables indications dont vous pouvez vous servir pour créer une vie plus agréable…

Lire notre article: “Nos émotions influencent-elles notre santé ou bien est-ce le contraire ?”

A vous de jouer maintenant!

 

écrit par Pierre-Yves Hittelet